Panique chez les loueurs de vélos

Alors que des jours heureux semblaient arriver pour les sociétés de location de vélo qui remplacent ou enchainent sur l’expérience Velib (voir Location de vélos: Velib, Smoove, Keolis, Gobee, Ofo et compagnie, avec ou sans bornes), la situation s’est brutalement retournée.

D’une part le remplaçant de Velib, Smoove (qui a pourtant bénéficié d’une sacrée aide de la mairie de Paris qui convoqua ses concurrents pour lui permettre de démarrer), n’arrive toujours pas à respecter ses engagements.

Au 10 janvier, seules 68 stations existent alors qu’elles devraient être beaucoup plus nombreuses. 1400 sont prévues fin mars et le ruthme d’ouverture à tenir pour arriver à cet objectif est intenable.

Smoove invoque les retards causés par l’action judiciaire de JC Decaux (mauvais perdant, Bouuuuhhh) ou la difficulté à raccorder électriquement les stations puisqu’ un tiers des vélos seront électriques (Combien l’électricité coûtera-t-elle aux contribuables ? Mystère et Boule de gomme … mais à n’en pas douter, tout le monde paiera, comme pour les voitures de Bolloré -dont personne ne connait exactement les pertes payées par les contribuables parisiens ni le coût des dizaines de kilomètres de parking gratuit qu’elles occupent).

En fait, il semble bien que Smoove n’était pas du tout prêt pour le marché qu’il a remporté.

Comment la mairie de Paris a réglé l’appel d’offres ? Des responsables ont-ils été sanctionnés ? Point du tout.. Pourtant, on est carrément dans l’accident industriel ..

D’un autre côté, les rapaces qui pensaient bénéficier des problèmes de Smoove, les sociétés de location de vélos sans bornes, ont du vite déchanté devant les « spécificités » françaises..

Hé oui, en France messieurs les anglais et chinois qui voulez faire louer vos vélos: on casse.

Avec des vélos peu solides (Les gens commencent à comprendre pourquoi les velib étaient si mastocs) , les vandales se sont bien amusés. Roues, rayons, selles, cadres et gps défoncés. Vélos abandonnés de partout. Voilà qui est marrant et a fait boire la tasse aux sociétés qui avaient envahi les trottoirs pour faire leur promo.

A Reims par exemple, sur 400 vélos, seuls 20 sont encore en état.

Youtube regorge d’ « exploits » de vélos détruits, volé, placés n’importe où ou de hacks pour les utiliser gratuitement.

En fait, tout est beaucoup plus simple avec son propre vélo non ?

 

Commentez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.