Amendes records pour les loueurs AirBnB à Paris mais combien ça coûte à la ville de Paris ?

Dans son édition du 11 août, le Parisien nous apprend qu’au « premier semestre 2017, les loueurs parisiens de meublés touristiques, dont beaucoup passent par Airbnb, ont écopé de 615 000 euros d’amendes. Un chiffre multiplié par treize par rapport à 2016« .

Alors qu’en 2016, la ville de Paris avait une vingtaine d’inspecteurs pour traquer les abus des loueurs AirBnB qui abusent (voir  tous les articles de notre partie « juridique »), il y a près de 45 inspecteurs actuellement qui consultent AirBnB chaque jour et vont vérifier dans les rues de Paris si ce qui est annoncé correspond à la réalité ou si il n’y a pas de business « au noir ».

Les méthodes des inspecteurs de la ville de Paris ?

Principalement la vérification de dénonciations car louer l’appartement qu’on occupe par AirBnB n’est pas forcément du goût de la copropriété (qui dans certains cas peut s’y opposer voir  Formalités pour mettre en location sa résidence  ) sans parler de la jalousie de certains qui fantasment sur les revenus de la location.

Les hôteliers ne sont d’ailleurs pas les derniers à dénoncer la concurrence locale.

Parallèlement, les inspecteurs de la ville de Paris scrappent le site AirBnB régulièrement et repèrent ainsi facilement un bien proposé, intéressant, qui ne l’est plus au bout d’un moment. Cela veut dire qu’il est sans doute loué « au noir ».

Certains sites spécialisés permettent aux inspecteurs de visualiser et trouver facilement les « bonnes » données d’AirBnB:

Sur Internet, ceux qui cherchent les fraudeurs de AirBnB surfent aussi sur les nombreux sites d’escorts, en majorité des pays de l’est, qui lors de leurs « tours » passent le plus souvent par AirBnB pour son aspect pratique mais aussi parce que c’est une plate-forme disponible en russe et où il est facile de réserver pour une étrangère ou son protecteur. Une fois l’appartement loué, facile de prolonger « en liquide » et même de revenir 3 mois plus tard sans même passer par AirBnB. Comme loueur et loueuse ont intérêt à la plus grande discrétion, tout le monde est content.. sauf le fisc et la loi.

Est-ce que les inspecteurs de la ville de Paris sont payés au résultat ? Nul ne le sait mais leur coût est sans doute assez important.

Si on suppose qu’un inspecteur coûte, chargé, 4000 euros par mois..40 inspecteurs coûtent 160000 euros par mois et quasiment 2 millions par an. Il faudra encore beaucoup plus d’amendes pour AirBnB afin que le coût de la lutte contre les fraudeurs soit rentable.

Ne serait-il pas plus facile de mettre beaucoup plus de pression sur AirBnB afin que la plate-forme elle-même contrôle ses annonceurs et les affaires qui s’y font ?

Après tout, ce type de système existe déjà pour les sites de rencontre qui ont l’obligation de vérifier si il n’y a pas de prostitution dans les échanges qui s’y font et ces sites peuvent être responsables.